Le bonheur au travail est une affaire de communication, estime l'agence de communication Nostromo

Le bonheur est dans le bureau (1/2)

Le bonheur au travail est une affaire de communication, estime l'agence de communication Nostromo

Ce n’est pas le vilain petit canard, mais on n’est pas loin…

 

… Ou, du moins, on aimerait bien. Car d’après de récentes études, seulement 10% des salariés en France sont heureux au travail, alors que 31 % d’entre eux sont « activement désenchantés » et 61 % ne bossent « que » pour le salaire. Pas vraiment de quoi se réjouir… Et pourtant, le bonheur au bureau n’est pas nécessairement un idéal inatteignable. Arte a diffusé, le 24 février dernier, un documentaire qui a démontré qu’il est possible de faire en sorte d’être productif et heureux de l’être (c’est le cas chez nous, Nostromo, agence de communication, mais nous ne prétendons pas avoir la recette magique…).

Le point commun dans les entreprises choisies en tant qu’exemple : une quasi-disparition de la hiérarchie. Il ne reste qu’un directeur, et tous les employés s’organisent plus ou moins par eux-mêmes. L’idée est qu’une hiérarchie va induire une culture de l’ego dans l’entreprise, où chacun défend son pré carré, sa position, et va y dépenser plus de temps et d’énergie qu’il ne va employer à effectuer son travail.

Pour être heureux, il faut revenir à l’essentiel : le respect. Comme le décrit l’un des chefs d’entreprise interviewé, « l’argent ne motive pas les gens, ou seulement un court moment. Ce qui motive les gens, c’est de travailler dans le respect, la confiance, de savoir qu’ils font des choses qui les élèvent et qu’ils les font avec d’autres, dans un sentiment de fraternité. » Le problème, c’est que si tout cela est en effet très noble, cela ne veut pas dire que cela soit réalisable partout.

La solution adoptée par toutes les entreprises présentées dans le documentaire diffusé par Arte le 24 février dernier – à savoir libéraliser la hiérarchie – n’est pas nécessairement applicable partout. Surtout à l’heure du tout numérique, où reporting et contrôles ont tendance à se multiplier. Cela veut dire que s’il s’agit d’une solution possible, ce n’est pas la panacée.

 

La suite la semaine prochaine !

Le livre électronique avait été prédit dès 1993 Par Douglas Adams, explique Nostromo, agence de communication

Le livre électronique, une idée pas si nouvelle

Le livre électronique avait été prédit dès 1993 Par Douglas Adams, explique Nostromo, agence de communication

Entre réalité et fiction, il existe une relation de co-dépendance : l’une se nourrit de l’autre, et vice-versa (un sujet qu’il faudra bien que nous explorions plus en avant dans ce blog un de ces jours). Du coup, il arrive parfois que des idées nouvelles dans le monde réel rappellent étrangement des inventions de fiction – à se demander même parfois si l’imagination des inventeurs n’a pas été mise en branle par l’histoire lue.

Quelques exemples, parmi tant d’autres : en 1968, Arhtur C. Clarke évoquait un appareil qui ressemble beaucoup à nos iPad d’aujourd’hui ; en 1991, Francis Ford Coppola décrivait YouTube ; et en 1993, Douglas Adams, auteur de l’indispensable Guide du Voyageur Galactique (Hitchhicker’s Guide to the Galaxy), prédisait l’arrivée du livre électronique et de la liseuse. Le tout dans un petit discours sous forme de fausse réclame pour son éditeur américain, Voyager Expanded. Soit dit en passant – et ce n’est que notre avis, chez Nostromo, agence de communication -, le discours, drôle, efficace, typique de Douglas Adams (non, vraiment, lisez ses livres !), est un exemple à suivre.

La vidéo ci-dessous est extraite d’un concours lancé par un site web disparu depuis, qui demandait une mise en animation de l’extrait sonore. À savourer sans modération !

Getting the Book Invented from Gavin Edwards on Vimeo.

L'agence de communication Nostromo donne des outils pour mesurer l'impact de ses reseaux sociaux

Pour améliorer, il faut mesurer (3/3)

La première partie est par là et la deuxième partie par ici.

La réputation en temps réel : SocialMention

Les reseaux sociaux doivent etre suivis pour etre efficaces, conseille l'agence de communication Nostromo

SocialMention s’intéresse à votre e-reputation en temps réel en prenant en compte les différents sentiments qu’internet éprouve pour votre marque/nom/… En entrant le nom cherché vous aurez un aperçu du sentiment général qu’internet éprouve pour votre marque. Ce sentiment est fondé sur 4 éléments différents : La Force (Strength) qui se définit comme le rapport du nombre de mentions de votre marque sur le nombre de mentions possibles. Le Sentiment (Sentiment) qui est le rapport entre les mentions positives et les mentions négatives. La Passion (Passion) est un rapport entre le nombre d’apôtres, d’ambassadeurs, etc., et le nombre de mentions réalisées. L’Atteinte (Reach) est le nombre d’auteurs uniques qui parlent de vous sur le nombre total de mentions. À cela s’ajoute le temps moyen entre deux mentions de votre marque… et d’autres notions un peu accessoires.

Il se différencie de Klout et de Kred en se focalisant sur des rapports intéressants : qui sont vos lovers, vos haters,… Il est donc un outil de suivi en temps réel pour connaitre les feedbacks importants, vos points faibles évidents,… Il permettra, par exemple, de relancer le contenu de votre site internet.

SocialMention est idéal pour connaître sa force de frappe sur les réseaux sociaux et aussi veiller sur ce que les internautes pensent de votre marque. Les résultats qui en ressortiront constituent un retour pertinent, utile pour renforcer vos points forts et améliorer vos points faibles. Par exemple, il vous sera aisé de repérer quel type de publication est la plus efficace pour vos objectifs, et vous pourrez alors vous en inspirer pour affiner votre marketing de contenu.

La comparaison avec SocialBakers

L'agence de communication Nostromo donne des outils pour mesurer l'impact de ses reseaux sociaux

SocialBakers est un outil de comparaison pour votre page Facebook, votre profil Twitter ou Google+ par rapport à d’autres comptes. Mise à part l’analyse des stats de vos réseaux sociaux, il propose de suivre l’évolution de vos comptes sur un thème particulier ou un mot-clé choisi.

Petit bémol : il est payant si vous souhaitez une analyse plus poussée.


Notre conseil pour utiliser ces outils

Votre entreprise n’est pas un chiffre généré par un outil internet. Ne prenez pas la mouche devant un score Klout petit quand celui de votre voisin est plus important. En revanche ces outils sont de bonne base pour affiner ses possibilités de progression et profiter des meilleures opportunités d’améliorer sa réputation en ligne.

L'agence de communication Nostromo donne des outils pour mesurer l'impact de ses reseaux sociaux

Pour améliorer, il faut mesurer (2/3)

La première partie est par là.

Le nécessaire (voire obligatoire) : Klout

L'agence de communication Nostromo donne des outils pour mesurer l'impact de ses reseaux sociaux

C’est l’outil de mesure d’influence par excellence. Il évalue votre présence sur la Toile en prenant en compte tous vos réseaux sociaux, blogs, sites internet, backlinks, etc. De tout cela, il tire une note entre 0 et 100. En moyenne, le score est de 35 à 36. Grâce à cet outil, vous pouvez consulter le score d’autres personnes, entreprises, comptes… Le positionnement de votre réseau est donc quasiment immédiat. En vous branchant sur Klout, vous identifierez les comptes les plus importants, et donc de potentiels partenaires ou des concurrents encore inconnus à ce jour.

Cet outil vous aidera à répondre aux questions type « quel est le meilleur tweet de mon entreprise », « quel post de blog a été le plus réutilisé », etc.

La note Klout est un bon outil de mesure pour être assuré que votre Community Manager fait correctement son job (d’ailleurs s’il n’est pas capable de vous donner son score immédiatement, penser à externaliser votre Community Management).

 

L’optionnel et très bien construit : Kred

Les reseaux sociaux doivent etre suivis pour etre efficaces, conseille l'agence de communication Nostromo

Kred est un très bon complément de Klout. Il rassemble les informations sur toutes les personnes qui mentionnent votre compte, votre marque… et liste ces derniers en les classant du plus important au moins important. Il signale également les hashtags les plus souvent utilisés et vous permet de suivre ou de vous intégrer dans une discussion en cours.

De plus il donne un score sur 1000 à votre réputation et vous permet de suivre son évolution. À l’origine centré sur votre compte Twitter, Kred offre la possibilité de rajouter vos autres réseaux sociaux, comme Facebook.

Vous pourrez trouver sur son espace d’administration plusieurs éléments qui affichent pêle-mêle le classement de vos communautés, un graphique de l’évolution de vos followers sur les 30 derniers jours, vos tweets les plus RT, la situation géographique de vos abonnés…  De quoi, en un clin d’oeil, avoir une idée précise de sa situation.

 

La fin la semaine prochaine.