Nostromo, agence de communication, vous présente une infographie rassemblant les taches quotidiennes d'un community manager

Le quotidien d’un community manager

Nous revenons régulièrement, sur le blog de l’agence de communication Nostromo, sur le métier de community manager, qui est devenu en quelques années une pièce centrale de tout dispositif de communication qui se respecte.

Le secret d’un management réussi (outre le fait de le confier à des professionnels) est dans la régularité : mieux vaut avoir une présence constante avec un très bon niveau moyen de qualité plutôt que des fulgurances brillantes tous les 6 mois. Du coup, il est important d’organiser ses tâches pour que la production de contenu soit maintenue à un niveau suffisant.

L’infographie ci-dessous, réalisée par The Whole Brain Group, résume les tâches quotidiennes et hebdomadaires essentielles à effectuer. Servez-vous en comme d’une liste, à la fois de choses à faire, mais également pour suivre ce que vous avez déjà réalisé (car si le numérique supporte la répétition, il est allergique au spam).

Bonne communauté à tous !

Nostromo, agence de communication, vous présente une infographie rassemblant les taches quotidiennes d'un community manager

Nostromo, agence de communication, vous dévoile les origines des dimensions de la feuille de papier A4

Les origines du format A4

Nostromo, agence de communication, vous dévoile les origines des dimensions de la feuille de papier A4

Comme il nous arrive régulièrement de le faire dans cette modeste colonne, nous répondons cette semaine chez Nostromo, agence de communication, à une question que l’on ne se pose plus. Cette fois-ci, c’est le côté presque peu logique des dimensions de la feuille A4 qui nous a interpellé : 21 cm sur 29,7 cm semble trop spécifique pour être le fruit du hasard.

Et il se trouve que cette largeur et cette hauteur ont un sens – ou plutôt une origine. Le premier secret se trouve dans le rapport de la longueur de la feuille sur sa largeur, qui vaut 1,414 – en fait, pour être précis, la racine carrée du chiffre 2.

Pourquoi avoir choisi ce rapport-là ? C’est ce qui fait que quand on plie une feuille A4 en deux (comme un livret) par le long côté on obtient deux feuilles A5, dont les deux côtés présentent un rapport égal à – vous l’aurez deviné – racine carrée de 2. Autrement dit, quelle que soit la dénomination choisie (A1, A2, A3, etc), toutes les feuilles présenteront le même rapport entre longueur et largeur (la propriété, raconte la légende, aurait été découverte par Léonard de Vinci).

Une simple équation permet de montrer que seules les feuilles ayant un rapport égal à racine de 2 présentent cette particularité  (pour les matheux, il suffit de poser l’équation suivante, où x est le grand côté : x/y = y/(x/2) ce qui donne x2=2y2). Il est à noter que les autres formats reconnus par la norme ISO (les séries B et C) présentent la même particularité.

Cela apporte une première partie de la réponse, à savoir le rapport des côtés. Mais pourquoi 21 cm ? Ou 29,7 cm ? En fait, tout vient du format A0 et de la notion de grammage d’un papier, qui qualifie entre autre son épaisseur et sa rigidité, mais surtout son poids. Le format A0 a été choisi comme ayant une surface de 1m2 (il mesure 841 sur 1189 mm), ce qui permet de déterminer facilement le grammage : une feuille A0 de papier épais de 250g /m2 pèsera 250g.

Et voilà comment a été déterminé la taille d’une feuille de papier, qui a entraîné à son tour les dimensions de classeurs, enveloppes, imprimantes, boîtes aux lettres… Tout ça pour une histoire de pliure et de poids.

Une bonne communication est essentielle pour reussir sa campagne de crowdfunding conseille l'agence de communication Nostromo

Bien communiquer sur sa campagne de financement participatif (2/2)

Une bonne communication est essentielle pour reussir sa campagne de crowdfunding conseille l'agence de communication Nostromo

Ça ne s’appelle pas viral pour rien…

La première partie est par là.

Les connaissances

Après avoir conquis les proches, la population suivante à séduire est constituée de leurs amis et connaissances. Franchir cette étape est indispensable pour réussir. En effet, une campagne de crowdfunding réussie est, par nature, virale, et se propage au contact (même s’il est numérique). C’est peu étonnant : le financement participatif est une excroissance du web, et en suit les codes et usages. Et sur le réseau, l’internaute suit en général les recommandations de personnes qu’il connaît.

C’est pourquoi faire de vos proches des alliés est si important. Ce sont eux qui, en relayant la campagne de façon intensive, font abattre le gros du travail. Mais cela ne veut pas dire qu’on peut se permettre de se tourner les pouces. Il est possible que certaines personnes de cette population soient connues du porteur de projet (sinon, il ne faut pas hésiter à se faire introduire !); auquel cas, il faut qu’il les contacte, là encore personnellement, en rappelant la connexion. De même que pour les proches, répondre rapidement aux questions posées et remercier leur éventuelle implication est essentiel pour la dernière étape.

Le reste

La dernière population à viser contient grosso modo tout le reste de la planète. On pourrait distinguer éventuellement une autre population intermédiaire, mais au-delà du deuxième niveau de connexion (dans le sens A connaît B connaît C connaît D etc), il n’y a plus vraiment de différence dans les actions à mener. Pour toucher cette population disparate, il faut dans l’idéal utiliser les médias, des prescripteurs, des bloggeurs… C’est un travail de longue haleine, qui a besoin d’être préparé. Pour être le plus efficace possible, il faut identifier les porte-paroles les plus importants compte tenu de la nature du projet. Pour les aborder, un mix d’audace et de délicatesse est ce qui marche le mieux : envoyer un dossier de presse avec un message personnalisé, participation aux commentaires, voire contact direct par le blog si c’est possible – et surtout, ne pas les noyer sous les messages s’il ne répondent pas, cela pourrait nuire à la réputation de votre campagne. Si, pour une vidéo Youtube, un bad buzz est tout de même bon (les gens iront regarder la vidéo), il serait potentiellement catastrophique pour l’avenir du projet.

Toutes ces activités doivent continuer pendant la campagne, bien sûr. Il faut maintenir un flux constant d’information, sans être trop envahissant là encore : le meilleur outil sont des nouvelles de la campagne, comme des updates sur le niveau atteint, des nouvelles récompenses, des commentaires… En maintenant l’intérêt, en montrant que le projet est actif, les curieux qui, ayant entendu parler de l’affaire, iront jeter un œil, seront plus facilement tentés.

Nostromo, agence de communication, vous présente une infographie décrivant les utilisateurs de Twitter en France

Qui sont les utilisateurs de Twitter ?

Nous avons, chez Nostromo, agence de communication, déjà dicuté fréquemment des réseaux sociaux et de leur bonne utilisation. Et un point qui revient souvent est de connaître ses followers et les utilisateurs du réseau que vous étudiez. Pour vous simplifier la tâche, nous avons dégoté une (pas très petite…) infographie, fort informative, qui vous présente qui sont vraiment les gens qui twittent en France.

Nostromo, agence de communication, vous présente une infographie décrivant les utilisateurs de Twitter en France

Une infographie qui présente les utilisateurs de Twitter, par Brainjuicer

Nostromo, agence de communication, explique comment bien communiquer autour de sa campagne de financement participatif

Bien communiquer sur sa campagne de financement participatif (1/2)

Nostromo, agence de communication, explique comment bien communiquer autour de sa campagne de financement participatif

Il existe plus de 450 plateformes de financement participatif à travers le monde.

Le financement participatif, plus souvent appelé par son nom anglais de crowdfunding, a la cote. Il faut dire que le système a de nombreuses qualité : facilité d’accès, résultats efficaces ainsi qu’un contact direct entre des porteurs de projets et leur communauté – pour n’en lister que quelques uns. Mais encore faut-il que la campagne réussisse, c’est-à-dire que la barre fixée pour pouvoir le lancer soit atteinte. C’est là que nous, Nostromo, agence de communication, entrons en scène : en effet, pour faire connaître le projet au plus grand nombre, il faut communiquer et convaincre successivement trois populations différentes : ses proches, puis les contacts des proches, et enfin le grand public.

Les proches

La première population est donc les proches : la famille, les amis, des partenaires, des clients déjà fidèles… Des personnes sur qui on sait pouvoir compter. Ils présentent un atout majeur : comme ils connaissent déjà le porteur de peojet, ils sont plus disposés à l’écouter – et à lui apporter leur soutien. En investissant les premiers euros, ils rassureront les suivants (ce qui évite le syndrôme du « personne n’investit »). De plus, ils constituent pour la suite des alliés et ambassadeurs de choix.

Bien communiquer avec eux est donc essentiel. Le mieux est, après avoir repéré les cibles – les plus faciles à convaincre, ceux disposant d’un réseau important… – de les contacter personnellement, et le moins possible par mail, avant même le lancement de la campagne, pour leur expliquer l’idée et le pourquoi. Dans un deuxième temps, il faut envoyer un message (toujours personnalisé) pour prévenir de la date de lancement de la campagne, en détailler les enjeux, et souligner ce que l’on attend d’eux (une participation financière, des commentaires ou des encouragements sur la page, partager avec leurs relations…). Idéalement , il faudra repréciser tout cela lors de l’envoi d’un nouveau message au moment du début de la campagne.

Enfin – et surtout – il ne faut pas oublier des les remercier personnellement pour leur implication.

 

La suite la semaine prochaine !