Apprendre le code à l’école, théorie et pratique (2/2)

Apprendre le code a l'ecole : l'agence de communication Nostromo s'interesse au pourquoi et comment

Comme on vous l’avais dit, le code, c’est beaucoup moins cool que la version de Matrix.

Première partie par là.

Malheureusement, de la nécessité à la pratique, il y a souvent des temps de latence important – on parle d’un pays entier, et surtout de l’Éducation Nationale, qui contrairement à ce que l’on pense sait s’adapter rapidement à des nouveautés, mais qui en ce moment de manque chronique de professeurs, n’est pas vraiment équipée pour enseigner une matière de plus. Pour réparer ce qui est perçu comme un retard national par rapport à d’autres pays, Benoît Hamon, alors Ministre de l’Éducation Nationale, avait annoncé en juillet dernier l’arrivée à la rentrée 2014 du codage dans les écoles – même si le mode choisi était, selon les spécialistes, loin d’être idéal, puisqu’il ne créait pas une matière et n’était pas inscrit au programme obligatoire. En fait, pour le primaire, des associations locales sont chargées d’organiser des ateliers en-dehors du temps scolaire. Une bonne idée, car elles ont les compétences nécessaires, mais pourquoi en-dehors du temps scolaire ? Et pour le secondaire, il est envisagé de confier au professeur de mathématique ou de technique la tâche d’enseigner le code. Autant dire qu’avec une annonce au début de l’été, les chances que le dispositif se mette en place à la rentrée étaient nulles, à peu de choses près. Mais bon, ce sera pour l’année prochaine…

Cependant, le programme avait vu juste sur un point. L’enseignement prévu n’est pas tellement centré sur un langage particulier : le but n’est pas de transformer les jeunes en une armée de développeurs (même si cela aurait quelque chose de pratique). Il est au contraire axé sur l’apprentissage de la logique informatique dans un premier temps, au primaire, le codage arrivant plutôt au collège. Mais il reste encore des points à éclaircir : à partir de quel âge commencer ? Et surtout, comment mettre cela en place et arriver à faire comprendre aux parents que cela ne va pas automatiquement faire de leur petit bout de chou le prochain Steve Jobs ? Ça, c’est un travail pour une agence de communication comme Nostromo…

0 réponses

Laisser un commentaire

Voulez-vous rejoindre la discussion ?
Commentez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.