Baromètre des médias sociaux en France 2018

L’étude Social Life 2018, menée par Harris Interactive, confirme que les séismes qui secouent aujourd’hui les réseaux sociaux (et surtout Facebook) ont des conséquences sur les usages des internautes – mais peut-être pas autant qu’on aurait pu le penser (caveat : l’étude a été menée avant la complète explosion de l’affaire Cambridge Analytica).

Si la protection des données à caractère privé est un souci maintenant majoritaire, la consommation des réseaux sociaux ne diminue pas, voire augmente pour certain (notamment les millenials, atteints du syndrome FOMO – Fear Of Missing Out, la peur de rater quelque chose).

L’étude confirme encore, par ailleurs, la montée en puissance des images et de la vidéo comparées aux contenus textuels ; si vous n’avez pas déjà adopté ces outils, il est encore temps…

Vous trouverez les principaux résultats de l’étude résumés dans l’infographie ci-dessous. Bonne lecture !

 

Il est temps de changer ses titres

 

Chaque jour, les gens travaillent très dur pour créer un contenu de qualité, mais ils se tirent une balle dans le pied en écrivant le titre. Les titres ne devraient pas être une réflexion après coup : le contenu qui a un titre accrocheur est plus susceptible d’être cliqué et lu. Le contenu qui obtient plus de clics et d’engagement est récompensé, en particulier dans les résultats de recherche Google et dans le fil d’actualité de Facebook ; un titre ennuyeux garantit que personne ne lira ce joli texte que vous avez passé tant de temps à écrire.

Quand il s’agit de rédiger des gros titres, les conseils ne manquent pas, mais les données peuvent guider quand il s’agit de rédiger des manchettes attrayantes. Il existe des outils qui offrent (enfin, vendent) des quantités impressionnantes de données, comme BuzzSumo, qui vous permet de consulter le contenu le plus populaire par sujet ou à partir d’un site Web individuel. Mais en attendant, voici 10 idées pour écrire de meilleurs titres, tirés de leurs recherches (les termes sont traduits…)

  1. Ces combinaisons de mots obtiennent le plus d’’engagement

« Vous rendront » était de loin la combinaison de mots la plus populaire dans les titres. Par exemple : « 60 raccourcis clavier qui vous rendront plus productif ». « C’est pourquoi », « pouvons-nous deviner », « seulement X » et « la raison en est que » étaient d’autres combinaisons de mots également très populaires.

  1. Ces titres vous feront sentir tous les sentiments

Les émotions font que les gens cliquent et s’engagent. C’est pourquoi les titres émotionnels sont si puissants. Parmi les phrases les plus populaires: « faites pleurer », « fondez votre cœur », « donnez la chair de poule » et « ne peut pas arrêter de rire ».

  1. C’est pourquoi vous devez écrire de meilleurs titres

De meilleurs titres rendent les gens curieux. Cela explique pourquoi des phrases comme « c’est pourquoi » et « la raison en est » ont attiré des tonnes d’engagement sur Facebook.

  1. Pouvez-vous deviner quoi d’autre encore fonctionne ?

Les Quiz. BuzzFeed est connu pour publier des quiz comme « Pouvons-nous deviner votre âge et votre emplacement avec ce test alimentaire ? » Ces quiz font appel à notre désir d’en savoir plus sur nous-mêmes et de prouver que nous sommes intelligents, que nous avons grandi dans les années 80, que nous vivons dans la bonne ville, ou quoi que ce soit … Ces quiz sont comme des miroirs, c’est dur passer devant sans se regarder.

  1. Une chose que seuls les auteurs ont besoin de comprendre

Selon BuzzSumo, les titres « tribaux » fonctionnent et cette tendance est en pleine croissance. Fondamentalement, un titre tribal comprend les mots « que seulement ». Par exemple, « 17 Choses Un Peu Terribles Que Seulement Les Personnes Nommées Sarah Comprennent » ou « 14 Choses Que Seules Les Personnes Qui Adorent Les Livres Imprimés Comprendront ».

  1. Ces combinaisons de mots obtiennent le moins d’engagement

« Contrôle de votre » était le titre le moins attachant (étonnant…). D’autres combinaisons de mots qui n’ont pas réussi à générer de l’engagement : « votre propre entreprise », « marche pour vous », « l’introduction de » et « quoi de neuf dans ».

  1. Vous devriez commencer vos titres avec ces 3 mots

« X raisons pourquoi. » Par exemple, « 26 raisons pour lesquelles « Marque personnelle » n’est PAS une expression sale ». D’autres combinaisons de titres attachants : « X choses que vous », « Ceci est », « Ceci est le » et « Voici comment ».

  1. Vous devriez terminer vos titres avec ces 3 mots

L’expression la plus populaire à la fin d’un titre est « le monde ». Comme dans « Pourquoi la Corée du Sud a la plus forte concentration de robots dans le monde ». Quelques autres mots que vous verrez à la fin des titres les plus engageants : « X ans », « devenir viral », « savoir » et « X jours ».

  1. CECI est le premier mot le plus populaire

Littéralement. Le mot « ceci » est le premier mot le plus populaire utilisé dans les titres.

  1. 10 est le nombre magique

Les listes sont aussi populaires que jamais – et 10 est le nombre le plus engageant. En fait, les multiples de cinq représentaient quatre des cinq premiers numéros les plus populaires (10, 5, 15 et 20). Les gros titres des listes portant le numéro sept ont attiré le quatrième engagement le plus important.

 

Alors maintenant, à vos plumes !

Le jeu des couleurs

Au moment des fêtes, pour sortir un peu de la grisaille hivernale, il est de coutume de parer sa demeure (et soi-même) de couleurs bariolées et si possible en violent contraste chromatique les unes avec les autres. Du coup, nous nous sommes dit, chez l’agence de communication Nostromo, que nous pouvions, pour honorer cette tradition, nous allions nous plonger là aussi dans la couleur, mais plutôt en se penchant sur la signification de chacune (un sujet que nous avons déjà abordé, mais il est intéressant de suivre les variations). Alors, bonnes fêtes, et bonne lecture !

L'agence de communication Nostromo visualise la musique avec la synesthésie d'une artiste

Voir la musique

Quand le corps humain se dérègle, cela donne -rarement, avouons-le – des résultats stupéfiants. La synesthésie, ainsi, est un phénomène fascinant, surtout pour ceux qui sont obnubilés par les questions de communication (comme nous, donc, à l’agence de com Nostromo) : elle substitue un sens par un autre ou en les associe, créant ainsi des mélange perceptifs étonnant. Un exemple ? La forme de synesthésie dont est affectée l’artiste Melissa McCracken lui permet de « voir » la musique : les sons produits lui apparaissent alors sous forme de couleur, avec une forme et position spatiale spécifique. Et le mieux dans tout cela, c’est qu’elle en fait des tableaux… qu’elle dévoile sur son compte Instagram. Une nouvelle façon de découvrir vos morceaux de musique préférés…

Admirez !

 

Callow, Airhead

Flip, Glass Animals

Gravity, John Mayer

Imagine, John Lennon

Interlude II, Soulive

Joy in Repetition, Prince

Karma Police, Radiohead

Since I’ve Been Loving You, Led Zeppelin

Life On Mars, David Bowie

Little Wing, Jimi Hendrix

Lucky, Pharell Williams

Tonight, tonight, Smashing Pumpkins

Le côté obscur des banques d’images

Les photos issues de banques d’images, tout le monde les connaît – elles doivent accompagner au moins 80% des articles sur le web. Tout agence de communication, Nostromo y compris, les utilise plus ou moins régulièrement. Sans elles, et le travail des photographes qui oeuvrent pour les alimenter, l’Internet serait beaucoup moins graphique. Les photographes, qui en général travaillent sur des thèmes (vie de bureau, cuisine…) pour une séance photo, essaie de couvrir le plus de sujets possible – ce n’est pas du travail à la commande. Mais avec Internet, cette demande s’est largement diversifiée, au point que presque tous les sujets imaginables font l’objet de contenu (essayez : tapez une association quelconque de mots, et vous verrez. Par exemple, au moment précis de la rédaction de ce post, j’ai tapé dans Google “chateau pour lapin nain”, et admirez le résultat !). Du coup, on voit maintenant surgir, dans les banques d’images, toutes sortes de photos, dont certaines pour des sujets ayant trait à la violence, et d’autres… juste incompréhensibles. Heureusement, un brave explorateur, sous le compte twitter @darkstockphotos, s’est chargé de les réunir pour nous, donnant un paerçu saisissant (et hilarant) du côté obscur des banques d’images.

Alors, régalez-vous, et encore un grand merci au travail de fourmi réalisé par @darkstockphotos, et au travail remarquable des photographes !

La tête dans les étoiles

Comme tous les été, vous avez sûrement vu passer, dans la presse, des articles annonçant la nuit des étoiles filantes – les Perséïdes, ainsi appellée parce qu’elles semblent venir d’un point précis de la constellation de Persée. Un phénomène annuel, dû au passage de la Terre dans les restes de poussière de la queue de la comète Swift-Tuttle…

Et pour vous y préparer, nous nous sommes dit, chez Nostromo, que se réaclimater avec les merveilles du ciel nocturne était nécessaire (ce n’est jamais une mauvaise idée que de prendre un peu de recul et de se souvenir de ce qu’est notre situation dans le cosmos). Et heureusement, la NASA, dans sa grande gentillesse, a décidé de partager avec le monde entier un véritable trésor : ses photos et vidéos, toutes acessibles depuis en ligne. Un site sur lequel il est possible de passer des heures… comme le prouve les quelques photos suivantes.

Bonne balade céleste !

L'agence de communication se penche sur nos verveaux a l'heure du digital

Internet a changé notre cerveau

Nous savons tous qu’Internet a modifié profondément nos modes de vie, sur presque tous les plans : sociaux, relationnels, commerciaux, par rapport au travail… Chez l’agence de communication Nostromo, nous faisons face tous les jours aux évolutions importantes du métier depuis sa digitalisation. La transformation numérique est un changement socioéconomique majeur, et les entreprises, qui ont un train de retard par rapport au grand public, s’adaptent comme elles peuvent.

Mais des nouvelles – et fascinantes – recherches démontrent que le changement n’est pas que dans les structures sociétales : il se produit à l’intérieur de nous, dans notre biologie – plus précisément dans le cerveau. Tous les utilisateurs de smartphones vous le diront : ils ne se souviennent plus d’aucun (ou presque) numéro de téléphone. Alors, sommes-nous tous en train de devenir des mous du bulbe, amnésiques, incapables de fonctionner sans nos cerveaux annexes, l’Internet et les smartphones (oui, nous grossissons le trait…) ?

L'agence de communication se penche sur nos verveaux a l'heure du digital

On ne le réalise peut-être pas, mais d’un certain point de vue, nous sommes déjà tous des cyborgs…

Les chercheurs se sont penchés sur l’impact profond de la technologie sur l’apprentissage et sur la mémoire, et il est vrai que certaines études parmi les premières réalisées suggéraient que notre dépendance digitale nous mène à une sorte d’ « amnésie numérique ». Mais en fait, des études plus récentes tendent à faire penser qu’il se passe quelque chose de beaucoup plus fascinant : notre cerveau est en fait en train de s’adapter à nos nouveaux modes de fonctionnement. Ce n’est pas de l’amnésie : c’est de l’optimisation de la mémoire.

En faisant effectuer un travail similaire à deux groupes, mais en disant à l’un que le travail allait être sauvegardé et à l’autre qu’il n’allait pas l’être, les chercheurs ont pu noter une vraie différence de mémorisation : ceux qui pensaient que leur travail n’allait pas être sauvegardé n’avaient, pour ainsi dire, pas appuyé sur le bouton enregistrement. Dans une deuxième expérience, les chercheurs se sont aperçus que les cobayes se souvenaient mieux d’où était rangé l’information (un sous-dossier) plutôt que de l’information elle-même.

Autrement dit – c’est la conclusion vers laquelle les chercheurs semblent se diriger – notre cerveau change ses modes de fonctionnement, profitant du fait qu’il a à disposition une mémoire externe commune. L’important devient alors de savoir comment trouver l’information, plutôt que la mémoriser directement. Quelques expériences suggèrent que cette nouvelle façon de mémoriser « libère de l’espace » (pour utiliser une métaphore profondément incorrecte) ; mais en tout cas, vue sous cet angle, l’arrivée d’Internet est en fait comparable à celle de l’écriture, qui avait eu un effet similaire sur la tradition orale. Alors arrêtez de culpabiliser parce que vous ne connaissez plus le numéro de Tante Josie, et utilisez allègrement votre portable !

Nostromo, agence de communication, partage une infographie résumant comment lutter contre l'afflux actuel d'actualités douteuses

Lutter contre la post-vérité

Comme nous l’avions vu il y a quelques semaines, le mot de l’année 2016, décerné par les dictionnaires Oxford, était “post-vérité”. Et depuis l’élection américaine notamment, les principaux acteurs du web – Facebook et Google, surtout – ont tout annoncé travailler sur des façon de “crever la bulle” (voir sur le sujets les articles que nous avions déjà écrit). Pour l’instant, leur principal réponse semble être d’apporter des changements à leur algorythme. Même si la question semble éloignée des préoccupations du monde de la communication, nous estimons, chez l’agence de communication Nostromo, qu’elle mérite largement qu’on s’y intéresse, ne serait-ce que parce que les médias et les plateformes en question sont des relais de la communication des marques (surtout Facebook). Et une entreprise ne veut certainement pas que le contenu qu’elle produit puisse être assimilé à des “fake news”, pour reprendre l’expression à la mode outre-atlantique… Alors, comment lutter contre ce phénomène ? L’infographie ci-dessous rassemble les divers éléments de réponse que l’on peut apporter aujourd’hui. Bonne lecture, et… regardez vos sources !

Nostromo, agence de communication, partage une infographie résumant comment lutter contre l'afflux actuel d'actualités douteuses

l'agence de communication Nostromo vous fait decouvrir l'organisation des elections americaine

Le système électoral américain

En cette journée un peu particulière (un séisme politique au USA a tendance à créer des remous dans le reste du monde), il est utile de comprendre comment marche une élection présidentielle de l’autre côté de l’Atlantique – et il faut s’accrocher un peu, car la procédure, du notre point de vue d’habitués au suffrage universel direct, est complexe. Il est en effet assez courant, là-bas, que la personne ayant obtenu le plus de votes en totalité ne soit pas l’heureux élu (les exemples les plus fameux sont Al Gore et, donc, Hillary Clinton). Du coup, nous sommes allés chercher, chez Nostromo, agence de communication, une infographie – réalisée par le gouvernement US – qui explique pas à pas le processus.

Et si certains se demandent pourquoi avoir mis au point un tel système, la raison avancée par les spécialistes des Pères Fondateurs (les presques mythiques – aux États-Unis – Benjamin Franklin, Thomas Jefferson et consorts) est que ces derniers ne voulaient pas qu’un état n’obtienne trop de pouvoir au dépend des autres.

 

l'agence de communication Nostromo vous fait decouvrir l'organisation des elections americaine

Source : usa.gov

 

 

 

 

3 mots pour paris est un outil possible de communication, explique l'agence de communication Nostromo

3 mots pour Paris

À la fin du mois d’avril, le duo d’artistes Cokau – composé d’Achille Coquerel et de Thomas Kauffmann – a lancé une expérience inédite dans l’Hexagone : il propose à tout un chacun de “faire” sa propre vidéo sur Paris, en sélectionnant trois mots clé (parmi plus de 96 000 référencés). Le tout se fait sur une plateforme (pour l’instant uniquement utisable avec Chrome), #3MotsPourParis ; l’internaute y sélectionne ses trois termes, un film lui est proposé immédiatement et il peut le partager sur ses réseaux sociaux. Au-delà du travail artistique, l’expérience est peut-être plus intéressante encore du point de vue de la communication. Pour les marques et les entreprises qui cherchent de plus en plus à passer à du contenu 2.0 – généré par les utilisateurs -, ce type d’expérience pourrait bien se montrer très efficace pour générer du buzz.

Regardez la vidéo de démonstration de #3MotsPourParis :

 

3 Mots Pour Paris / 3 Words For Paris from Cokau Lab on Vimeo.