Des bureaux trop sympas pour être vrais (1/2)

Nostromo, agence de communication, démonte le storytelling derriere les locaux de compagnies comme Google

Chez Nostromo, nous aimons nos bureaux : ils ont une grande hauteur de plafond, un joli parquet, sont plutôt lumineux et bien situés dans Paris… Venez nous voir, vous verrez par vous même. Mais c’est vrai que comparé aux nouvelles installations de compagnies comme Microsoft, la nôtre est bien plus modeste. Et n’incorpore pas d’endroit « cool », comme une section sieste, ou un bar (enfin, il y a en un, mais il est informel.)

Tout a commencé avec Google. Depuis plusieurs années, on entend régulièrement parler de leurs incroyables locaux qui, si l’on en croit les nombreux articles sur le sujet, participent activement au taux de satisfaction élevé des employés. Il y a même eu un film (les Stagiaires, comédie sans grand souffle avec Owen Wilson et Vince Vaughn) plus ou moins ouvertement à la gloire de la firme de Mountain View, et le facteur « cool » du bâtiment y figure en bonne place.

Nous avons en fait affaire à un magnifique storytelling*. Le nom même du bâtiment est révélateur : ce ne sont plus des bureaux (offices en anglais), mais des campus, terme jusqu’alors réservé aux campus universitaires aux Etats-Unis. Le changement n’est pas innocent : pour l’immense majorité des étudiants américains, le mot campus évoque plus la folie estudiantine (drugs, sex and rock n’ roll – ou un autre type de musique, ce n’est pas l’essentiel) que le travail acharné. Et hop, en un coup de plume, Google devenait l’apôtre du cool**.

Voici un petit échantillon de ce que l’on peut trouver sur le « campus » de Google : des vélos pour circuler, un terrain de beach-volley, une terrasse qui sert des repas gratuits, des gyms, un bowling, des sièges au design étrange où l’on peut prendre une sieste… Et la liste continue encore pendant longtemps. Du coup, le Googleplex est réputé comme étant l’un des endroits les plus agréables au monde où travailler, et il a inspiré nombre d’autres compagnies à assouplir leur conception d’un bureau. Et c’est évidemment un argument de poids quand on veut attirer des jeunes talents.

La suite la semaine prochaine !

 * : pour en savoir plus sur ce qu’est le storytelling, lisez Mâche ta pub avant de l’avaler, de Jean-Marc Buret, aux éditions Cent Mille Milliards.
** : ah, le pouvoir des mots…

0 réponses

Laisser un commentaire

Voulez-vous rejoindre la discussion ?
Commentez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.