Des bureaux trop sympas pour être vrais (2/2)

L'agence de communication Nostromo vous montre ce qui se cache derriere la mode des bureaux campus

Vous pouvez lire la première partie ici.

L’image commence à s’écorner quand on réalise que toute image prise sur le site de Google doit être validée par le service presse avant publication.  Rien de bien exceptionnel, me direz-vous, mais c’est tout de même un signe. Car en fait, tout ce magnifique enrobage n’est qu’une nouvelle façon de contrôler les employés, grâce à un mélange subtil qu’on pourrait résumer en deux principes : « toutes ces attractions ne servent qu’à vous garder sur place », et « vous avez tellement de chance de travailler ici, où on est tellement cool, que vous n’allez pas commencer à compter vos heures, parce que vous avez tellement de chance de travailler ici »*. Parce si vous croyez vraiment que vous allez pouvoir utiliser la machine à sieste et le bowling tous les jours sans vous attirer des remarques de votre boss, vous vous trompez sur les grandes largeurs. Par exemple, ce n’est pas un hasard si le logo de Google est absolument partout, aussi bien sur les poubelles que les vélos : on ne vous laissera pas oublier qui vous offre tout cela.

Un autre exemple : fournir des repas gratuit à ses employés, c’est vachement sympa, mais ça permet aussi de s’assurer que la grande majorité ne va pas perdre du temps à aller chercher sa nourriture à l’extérieur. Pareil pour les micro-cuisines disséminées partout dans les locaux : vous n’avez pas à quitter votre ordinateur.

Curieusement, parmi toutes les choses vantée, le fait que presque tout soit en open space (justifié par des adjectifs tels que ouvert, convivial, chaleureux, et j’en passe) n’est pas vraiment mis en avant. Probablement parce qu’un certain nombre d’études montre que cela fait baisser la productivité, que cela signifie que tout le monde peut voir ce que vous faites à votre bureau, que ce soit votre boss ou vos collègues.

Alors certes, visuellement, les locaux façon Google, c’est plus joli, plus coloré. Et les nombreuses installations non professionnelles sont agréables à utiliser, certainement. Mais comparé à des services comme une garderie ou des horaires de travail vraiment flexibles, cela ressemble plus à un stratagème marketing qu’une vraie envie de rendre ses employés plus heureux.

* : lire à ce sujet cet article éclairant de Bloomberg.

0 réponses

Laisser un commentaire

Voulez-vous rejoindre la discussion ?
Commentez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.