Faut-il repenser la publicité sur les réseaux sociaux ? (1/2)

La publicite sur les reseaux sociaux n'est pas aussi efficace qu'esperee, analyse l'agence de communication NostromoRéponse à la question : dans le futur, voulez-vous que la publicité prenne plus/autant/moins de place qu’aujourd’hui ?

Une étude menée par l’Ifop et Generix Group a jeté un petit pavé dans la mare des publicitaires 2.0. Sa conclusion : la grande majorité des internautes – plus de 68% ! – ne supportent pas la publicité qui envahit leurs écrans sociaux (Facebook, twitter, google+, etc.), et seulement 19% d’entre eux avouent avoir fait un achat en ligne après avoir été ainsi sollicités. Les reproches principaux : trop envahissantes, et ce de plus en plus, intrusives, pas assez personnalisées (16% seulement estiment qu’il y a une différence entre les publicité sur leurs réseaux sociaux et les autres occupant leurs écrans web) et donc inutiles…

Une majorité écrasante – 83% – espèrent que la publicité prendra dans le futur moins de place. Pour enfoncer le clou, l’étude précise que 60 % des interviewés ont franchi le pas et acheté quelque chose après avoir reçu une publicité par mail, 56 % suite à des recommandations ou commentaires sur internet et 51 % après avoir reçu une publicité par courrier.

Même si l’échantillon représentatif est un peu limité (1006 personnes), les conclusions vont à l’encontre de tout ce que l’imaginaire marketing peignait comme la création de véritable réseaux sociaux d’ambassadeurs des marques, motivés et avides de consommer. Il semblerait qu’une majorité de personnes, quand elles achètent quelque chose, ne vont pas immédiatement partager cela sur leur profil. Pourtant, il faut malheureusement s’y résoudre : la publicité, et l’argent qu’elle amène, sont de plus en plus indispensable au business modèle des géants du secteur. Pour ne pas se mettre à dos leurs propres consommateurs, il semble que les entreprises vont devoir trouver de nouvelles façons de s’intégrer sur les « murs » de leurs fans : plus d’innovation dans la rédaction et la mise en scène du message, une personnalisation plus poussée, voire demander plus activement la collaboration des internautes eux-mêmes avec, par exemple, des votes sur les campagnes.

Suite la semaine prochaine !

0 réponses

Laisser un commentaire

Voulez-vous rejoindre la discussion ?
Commentez !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.