La communication interne avec les salariés (3/3)

La communication transversalendante est délicate, estime l'agence de communication Nostromo

 

Pour conclure notre série, nous allons discuter cette semaine de la communication transversale ainsi que la question des profils générationnels des salariés (vous trouverez notre article sur la communication ascendante et la descendante par là, et celui sur la nécessité et les avantages de la communication interne par là).

Les besoins des salariés en matière de communication transversale

La communication transversale est la plus délicate à mettre en place. Elle s’opère entre des équipes de même niveau hiérarchique, sans aucune validation ni intervention de la part d’un niveau supérieur. Cela peut sembler risqué, mais le jeu en vaut la chandelle. Rapide, source de potentielle optimisation et innovations… mais elle peut aussi être la source de rumeurs contre-productives. Elle doit donc être canalisée, mais l’équilibre à atteindre entre la spontanéité (qui en fait la richesse) et structure est délicat à trouver. L’intranet est idéal pour cela : communautés, forums (sans modérateur, ou sinon nommé par la communauté)… Mais il ne faut pas négliger pour autant les échanges informels, les réunions, les groupes, les CE… Le salarié utilisera ces outils pour :

  • Échanger de façon informelle ;
  • Créer des communautés ;
  • Participer au dialogue social (droits des salariés etc.).

Des attentes générationnelles différentes

Il n’est pas rare aujourd’hui qu’une même entreprise mêle trois générations : les babyboomers, les X et les Y, pour reprendre leurs dénominations. Si les besoins évoqués précédemment sont partagés par tous, chacune d’entre elles présente ses spécificités. On pourrait les résumer ainsi (d’après la CCI) :

Profil de la génération des Babyboomers en entreprise : 1945 – 1964
(36% des actifs européens).

  • L’épanouissement dans le travail et la progression ;
  • Le surinvestissement ;
  • La responsabilité progressive ;
  • La fidélité à l’entreprise, le respect de la hiérarchie.

Profil de la génération X en entreprise : 1965 – 1979
(40% des actifs européens).

  • Travailler pour gagner de l’argent ;
  • Être efficace, rapide, aller à l’essentiel ;
  • Être indépendant, autonome, mobile.

Profil de la génération Y en entreprise : 1980 – 1994
(24% des actifs européens).

  • Travailler pour s’éclater ;
  • Pas d’attente particulière vis à vis de l’entreprise, pas d’illusion ;
  • Être un touche à tout, tester, vivre dans l’immédiat ;
  • Avoir une relation tribale de la relation à l’autre ;
  • Rester connecté en permanence (réseaux sociaux etc) ;
  • Être écouté, pris en en compte par l’entreprise ;
  • Rechercher la meilleure qualité de vie en conciliant travail et intérêt personnel ;
  • Évoluer horizontalement en changeant d’entreprise sans forcément changer de niveau hiérarchique.

 

À vous d’adapter votre discours à votre public. Nous sommes, à l’agence de communication Nostromo, à votre disposition si vous voulez pousser la conversation plus loin !

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Voulez-vous rejoindre la discussion ?
Commentez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.