Les contenus animés, le nouvel eldorado de la communication

 

Même si l’amour des mots est quelque chose que nous partageons tous chez Nostromo, nous savons néanmoins que dans certains cas, une image vaut mieux qu’un long discours. En fait, il serait plus exact de dire qu’une image peut être l’équivalent d’un long discours – et si une ne suffit pas, plusieurs font l’affaire.

Il suffit de regarder la forme que prennent les site d’information et les réseaux sociaux pour s’en convaincre : la communication par l’image est en train de devenir le nouveau standard, facilitée en cela par la généralisation du haut débit. L’ajout par Twitter d’une fonctionnalité permettant d’envoyer jusqu’à quatre photos par  tweet, et de tagger les personnes dans les images, va dans ce sens. On partage plus volontiers une vidéo qu’un article, et sur les forums, le GIF – une très courte animation, ne dépassant pas 3 secondes – est devenu l’illustration par excellence des propos des participants à la discussion (en plus, le mouvement de l’image attire l’œil), voire remplace même le propos, sur le même principe qu’une émoticône : il suffit de surfer quelques minutes sur un site comme reactiongifs pour se rendre compte du potentiel de la chose. L’image, par son immédiateté, permet de donner un contexte complexe à un message simple, ce qui par écrit aurait pu prendre plusieurs lignes, pratique aujourd’hui hautement condamnée (d’où la popularité d’acronymes tels que TL:DR, qui veut dire Too Long : Didn’t Read – littéralement Trop Long : Pas Lu).

Joker Hi

Comparez mentalement la différence entre l’image ci-dessus et un simple « Hi » par écrit : l’information diffusée n’est pas la même. Un autre exemple : voici, ci-dessous, comment marche une marchine à coudre (on notera que le GIF est particulièrement indiqué pour expliquer le fonctionnement mécanique de certains appareils).

just_in_case_you_ever_wonder_how_a_sewing_machine_works-98670

Le contenu animé décline de nombreux atouts : il augmente le temps moyen passé sur une page web et génère un taux de clic largement supérieur à un message simple. Cela vaut pour les GIF, bien sûr, mais également pour les vidéos. De plus, ces dernières présentent potentiellement une meilleure rentabilité que les moyens de communication classique : une fois réalisé, le film peut être réutilisé dans de nombreux contextes, sans nécessiter de frais d’impression. Et surtout, il permet de donner un véritable identité à une marque ou à un produit, notamment en rajoutant une identité sonore et en humanisant une communication – plutôt que de lire un communiqué, l’interlocuteur voit la personne lui parler. Les possibilités de déclinaison sont nombreuses, entre vidéos pédagogiques, historiques, partage d’expertise…

Malheureusement, il ne suffit pas de faire une vidéo : encore faut-il arriver à un contenu de qualité. Et le problème, c’est que le consommateur d’aujourd’hui, exposé comme il l’est à une avalanche d’images, devient très vite insensibles à certains messages. Il suffit de regarder la vidéo ci-dessous pour s’en convaincre.

Alors, comment contourner ces écueils ? Le premier réflexe à avoir est de donner un objectif au contenu animé. S’agit-il d’être pédagogue ? Démonstratif ? A quel public s’adresse-t-on ? Quel aspect de son entreprise ou de son produit veut-on faire ressortir ? Comme un article de presse, une vidéo efficace doit avoir un angle précis, et être concise dans son propos : au-delà de quatre minutes, il y a de fortes chances que l’auditoire va se lasser. Le deuxième est de construire l’univers vidéo de sa marque : cela va aussi bien des couleurs, que des thématiques abordées, qu’à la sonorisation – car le son est, lui aussi, porteur de messages. Autant de détails qui feront la différence entre une vidéo qui aura un vrai succès et une autre qui deviendra virale pour les mauvaises raisons.

0 réponses

Laisser un commentaire

Voulez-vous rejoindre la discussion ?
Commentez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.