Plaidoyer pour passer de l’âge de l’information à l’âge du sens (1/2)

l'age du sens devrait prendre la place de l'age de l'information, estime l'agence de communication Nostromo

Trop d’information tue l’information…

Depuis l’avènement du web, l’Humanité est, selon le consensus général, entrée dans l’ère de l’Information (la nouvelle a fortement réjoui les agences de communication, dont Nostromo). En l’occurrence, le choix du terme – avisé semblait-il à l’époque – s’avère peu judicieux. En effet, avec la tendance à l’excès qui nous caractérise, nous avons poussé la métaphore un peu loin (un problème courant dans l’histoire de l’humanité). Tout est devenu quantifié, pensé en terme d’information : l’argent, les gens, la mécanique quantique, la génétique, même l’univers. Et comme nous sommes dans l’ère de l’information, nous voulons la collecter et la quantifier, et nous le faisons de façon trop indiscriminée.

Car le problème est que l’information, si on regarde bien sa définition, se trouve être un terme malheureusement au sens trop large. Un accord entre l’Iran et le reste du monde, c’est une information qui a une portée géopolitique importante. Un tweet de Kevin sur son burger est aussi une information, mais peut-être moins intéressante que la première (du moins pour le public en général). Le fait que tel électron ait un spin positif à l’instant t est aussi une information, et tout le monde (ou presque) s’en fout comme de sa première chemise.

De fait, une idée importante se dégage : la valeur d’une information dépend de son contexte (l’émetteur, le destinataire, le médium, le pourquoi, pour citer les principaux éléments). Et cette valeur, c’est le message. Par exemple, si le spin de l’électron évoqué ci-dessus était le résultat d’une expérience dans un laboratoire (contexte), il pourrait bien changer le monde… D’une certaine façon, son message n’est plus simplement « spin positif », mais « nous venons de démontrer que la théorie X était fausse ! »

Nostromo, agence de communication, veut passer de l'age de l'information a l'age du sens.

(Rire machiavélique)

Allons un peu plus loin. La même « information » peut avoir plusieurs « messages » en même temps selon les contextes. Par exemple, l’unité par excellence aujourd’hui de l’information est le bit, puisque c’est sous cette forme qu’elle est stockée sur les disques durs des serveurs de Google à travers le monde (on exagère à peine). Dans une chanson encodée en mp3, les premières notes du morceau sont, ultimement, codée comme des bits (les fameux 1 et 0) : par exemple, 10011. Pour le lecteur, cela se traduit ultimement par « fait vibrer les enceintes de cette façon ». Mais maintenant, imaginons que quelqu’un a écrit un programme pour prendre ces 6 bits, en tirer leur valeur décimale (ici 19), et passer à la 19ème chanson de la playlist (pas très utile, mais bon). Même bits, donc – pourrait-on penser – même information, mais pas du tout le même message.

Ne serait-il pas plus intelligent de se concentrer sur le deuxième, plutôt que sur la première ?

 

La suite la semaine prochaine…

0 réponses

Laisser un commentaire

Voulez-vous rejoindre la discussion ?
Commentez !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.