Réussir son réseau social d’entreprise (2/2)

Nostromo, agence de communication, explique comment reussir son projet de reseau social d entreprise

La première partie est par là.

Nous avons vu, la semaine dernière, que le fort taux d’échec de mise en place de RSE (du moins dans les grandes entreprises du CAC40) ne pouvait s’expliquer que par une mauvaise mise en place et/ou exploitation de l’outil. La question qui se pose alors inévitablement est de savoir quels sont les problèmes à la source de cette non-adoption, et surtout de savoir comment y répondre – et ça tombe bien, après tout, vous conseiller est notre métier à l’agence de communication Nostromo…

Embarquer les managers

Comme nous l’avions évoqué dans un précédent article, l’information et son partage est à la fois à l’origine de la hiérarchie de l’entreprise et un signe de la position que chacun y occupe. Du coup, l’arrivée du RSE, qui amène transversalité et aplanissement de l’organisation, rend caduques un certain nombre de barrières. Et le réseau peut donc être perçu par certains comme une menace, notamment par des middle managers qui estiment voir le contrôle qu’ils exercent sur leurs équipes réduit : ils ne maitrisent plus totalement l’information diffusée à leurs équipes, et ne sont plus les seuls à distribuer des marques de reconnaissance.

Si la réaction est en elle-même très compréhensible (après tout, la protection de sa position est une attitude trop ancrée dans la psyché humaine pour être ignorée), elle n’en est pas moins nocive pour le déploiement du RSE. Intégrer ces acteurs dans le projet, les transformer en promoteurs au lieu de détracteurs, est la clé. Et pour cela, le plus efficace reste de les impliquer dès la conception du projet – dès la phase de cadrage, en fait : si le RSE est aussi un peu leur œuvre, ils l’accepteront beaucoup mieux, voire en feront la promotion car ils voudront que leur travail soit reconnu.

Ne pas baisser les bras au bout de 6 mois

L’autre facteur essentiel de réussite d’un projet de RSE est le temps. Paradoxalement, pour quelque chose qui va à la vitesse du numérique, un réseau social va prendre plusieurs années à vraiment faire sa trace dans l’entreprise. La raison en est simple : l’intégration du RSE dans les pratiques quotidiennes demande que les salariés prennent eux-mêmes de nouvelles habitudes, ce qui va prendre selon les populations quelques semaines ou plusieurs mois. Les évolutions se produiront à l’échelle locale, et se répandront de façon virale une fois bien prises. Le bouche-à-oreille, notamment, joue un rôle important dans cette propagation. Pour favoriser au mieux ce processus, deux éléments sont crucial : la mise en place de « community leaders », qui joueront le rôle d’évangélisateurs, et une mise en avant régulière, par les moyens de communication classiques (newsletter, journal interne…), des réussites, des prises d’initiatives, et des micro-communautés qui se forment sur le RSE.

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Voulez-vous rejoindre la discussion ?
Commentez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.