Articles

Baromètre des médias sociaux en France 2018

L’étude Social Life 2018, menée par Harris Interactive, confirme que les séismes qui secouent aujourd’hui les réseaux sociaux (et surtout Facebook) ont des conséquences sur les usages des internautes – mais peut-être pas autant qu’on aurait pu le penser (caveat : l’étude a été menée avant la complète explosion de l’affaire Cambridge Analytica).

Si la protection des données à caractère privé est un souci maintenant majoritaire, la consommation des réseaux sociaux ne diminue pas, voire augmente pour certain (notamment les millenials, atteints du syndrome FOMO – Fear Of Missing Out, la peur de rater quelque chose).

L’étude confirme encore, par ailleurs, la montée en puissance des images et de la vidéo comparées aux contenus textuels ; si vous n’avez pas déjà adopté ces outils, il est encore temps…

Vous trouverez les principaux résultats de l’étude résumés dans l’infographie ci-dessous. Bonne lecture !

 

Search vs Social : et ça repart

Sans qu’on le remarque, un changement important a eu lieu l’année dernière sur la provenance du trafic des sites web. Après des années de forte croissance des réseaux sociaux, la recherche (search) a repris du poil de la bête et a dépassé le social comme source principale de visites. Un résultat visible dans la dernière étude de Shareaholic : les données révèlent les parts des différentes sources dans le trafic global – trafic direct, référencement social, recherche naturelle, recherche payante… et qui demanderont – avec l’aide de, par exemple, l’agence de communication Nostromo – une évolution de votre stratégie digitale.

Search vs Social

Contre toute attente, 2017 a été l’année du retour du Search, alors qu’il est à la traîne depuis 2014 : 34,8% des visites sur site en 2017, contre 25,6% pour le social.

Le tableau détaille la part mensuelle des visites pour les 13 meilleurs réseaux sociaux et 6 moteurs de recherche entre 2011 et 2017

Plusieurs explications peuvent être avancées : les changements apportés aux algorithmes derrière le fil d’actualité de Facebook, le fait que les moteurs de recherche indexent de plus en plus le contenu social et l’incluent dans leurs classements et leurs pages de résultats – ce qui leur a permis de rester compétitifs face au volume et à la consommation croissante des médias sociaux. Google, en particulier, a récupéré sa place en tant que numéro un du trafic global.

Trafic en provenance du Search

Tableau comparant le nombre de visites en 2016 et 2017 par moteur de recherche.

Tous les moteurs de recherche ont bénéficié, de façon assez égale, de ce retour en grâce du Search. Comme c’est le cas depuis plusieurs années maintenant, Bing vaut la peine de s’y intéresser, mais Google reste le roi, et là où l’argent et le temps devrait être dépensé.

Trafic en provenance du Social

Facebook a été le moteur majeur du trafic social en 2017, comme de juste. Mais leur part de visites a fortement diminué de 12,7% entre le second semestre 2016 et le second semestre 2017.

Tableau comparant le nombre de visites par réseau social en 2016 et 2017

Après une année électorale 2016 mouvementée aux États-Unis, Facebook a apporté un certain nombre de changements majeurs au contenu affiché dans le fil d’actualités et à la manière dont il l’affiche. En mai 2017 par exemple, ils ont visé des sites qui « sur-partagent » en postant trop fréquemment, des sites dont les pages contiennent trop d’annonces, et des sites qui ont « peu de contenu substantif ».

De plus, les utilisateurs ont continué à modifier leur comportement sur la quantité de contenu qu’ils consomment sur Facebook, ce qui réduit leur temps passé sur le site de 5% – ce qui semble peu, mais représente un total impressionnant de 50 millions de minutes par jour. Une cause probable de cette baisse est que les utilisateurs passent moins de temps sur Facebook en général, et plus de temps sur la vidéo et le contenu de diffusion en direct qui est moins susceptible de se lier à d’autres pages.

Graphique comparant le nombre de visites par réseau social en 2016 et 2017

En fait, les pertes de Facebook ont été, en partie, récupérées par Instagram et Pinterest. Instagram a doublé sa base d’utilisateurs au cours des deux dernières années. Et en outre, en août dernier, Instagram a déployé des fonctionnalités Web mobiles et de bureau, rendant leur contenu accessible à davantage d’utilisateurs dans un environnement mieux adapté à la gestion du trafic externe. Pinterest est également un bénéficiaire logique de la diminution de la part des visites de Facebook puisque leur produit est principalement axé sur le partage de contenu lié à des sites externes. Leur augmentation de 1,5% du nombre de visites par an est plus du double des autres réseaux sociaux en croissance.

En pratique…

Les spécialistes du marketing, les éditeurs et les propriétaires de sites doivent continuer à investir dans le Search. Il est facile de se laisser distraire par la liste sans cesse croissante des réseaux sociaux, mais au final, la recherche continuera d’être le plus important et le plus efficace des vecteurs de trafic en 2018. L’absence de fragmentation dans Search est un autre atout : il suffit de se concentrer sur une ou deux plates-formes.

Pour le Social, allez où sont les utilisateurs. Facebook est toujours en position dominante, mais Instagram et Pinterest grignotent sa marge. De fait, Instagram est très proche de dépasser Twitter, jugé indispensable par tous, ou presque… Assurez-vous que vos profils Instagram et Pinterest sont à jour, trouvables et remplis de contenu – autrement dit, de belles images, puisque c’est leur spécialité – pour que les utilisateurs puissent les consommer, les partager et les lier à votre site.

Améliorer sa stratégie de marketing social

Ce n’est pas parce que c’est l’été qu’il faut ignorer sa stratégie de communication ! Au contraire, c’est l’un des rares moments dans l’année où l’on a le temps de se poser et d’étudier, sans précipitation, les campagnes précédentes, les nouvelles études, les nouvelles technologies… L’été est la période idéale pour repenser sa stratégie et y apporter des ajustements. Dans cet ordre d’idée, nous avons décidé de vous proposer, chez Nostromo, une infographie qui vous suggère quelques pistes et conseils pour ce faire.

Bonne lecture !

 

la nouvelle cartographie des reseaux sociaux en 2017 vous est presentee par l'agence de communication Nostromo

Cartographie des réseaux sociaux en 2017

la nouvelle cartographie des reseaux sociaux en 2017 vous est presentee par l'agence de communication Nostromo

 

Comme il en a l’habitude, le blogueur Fred Cavazza réalise chaque année sa cartographie de l’état des réseaux sociaux. On voit que, comme c’est maintenant la tradition, Facebook, Twitter et Google restent au centre de l’écosystème. Cette année, Facebook a renforcé sa position grâce à une stratégie simple mais efficace : en phagocytant toutes les fonctionnalités de ses concurrents. Une stratégie quelque peu cynique, mais efficace : l’usage des services de l’écosystème  de la firme de Palo Alto a grandement augmenté en 2017. Google reste très puissant (attention, on parle de Google en tant que réseau social…), principalement grâce à YouTube et Gmail, tandis que Twitter se maintient, de façon presque incompréhensible pour certains.

Les réseaux sociaux peuvent être classés en différentes catégories selon leurs usages principaux (ce qui a un intérêt de plus en plus limité, comme nous allons le voir ensuite) :

  • Les plateformes de blogs : WordPress, Blogger, Medium, Tumblr…
  • Les services de partage de vidéos : YouTube, Vimeo, Twitch, Periscope…
  • Les messageries sur mobile : WhatsApp, Facebook Messenger, Snapchat…
  • Les plateformes conversationnelles : Github, Reddit, Quora, 4chan…
  • Les messageries professionnelles :  Slack, Facebook Workplace, Teams…
  • Les réseaux sociaux professionnels : LinkedIn, Xing…

Comme on l’a dit précédemment, les frontières entre les services sont des plus en plus poreuses. Par exemple, si l’on schématise les fonctionnalités actuelles des principaux réseaux sociaux, nous obtenons la figure suivante (merci à Recode, dans cet article de Kurt Wagner et Rani Molla).

la nouvelle cartographie des reseaux sociaux en 2017 vous est presentee par l'agence de communication Nostromo

On voit que la plupart des plateformes jouent sur plusieurs tableaux, et que Facebook tente de placer ses services au centre de tous ces usages, et de devenir le réseau social de référence. Et il est bien prêt d’y parvenir…

 

 

Nostromo, agence de communication, explique comment reussir son projet de reseau social d entreprise

Réussir son réseau social d’entreprise (2/2)

Nostromo, agence de communication, explique comment reussir son projet de reseau social d entreprise

La première partie est par là.

Nous avons vu, la semaine dernière, que le fort taux d’échec de mise en place de RSE (du moins dans les grandes entreprises du CAC40) ne pouvait s’expliquer que par une mauvaise mise en place et/ou exploitation de l’outil. La question qui se pose alors inévitablement est de savoir quels sont les problèmes à la source de cette non-adoption, et surtout de savoir comment y répondre – et ça tombe bien, après tout, vous conseiller est notre métier à l’agence de communication Nostromo…

Embarquer les managers

Comme nous l’avions évoqué dans un précédent article, l’information et son partage est à la fois à l’origine de la hiérarchie de l’entreprise et un signe de la position que chacun y occupe. Du coup, l’arrivée du RSE, qui amène transversalité et aplanissement de l’organisation, rend caduques un certain nombre de barrières. Et le réseau peut donc être perçu par certains comme une menace, notamment par des middle managers qui estiment voir le contrôle qu’ils exercent sur leurs équipes réduit : ils ne maitrisent plus totalement l’information diffusée à leurs équipes, et ne sont plus les seuls à distribuer des marques de reconnaissance.

Si la réaction est en elle-même très compréhensible (après tout, la protection de sa position est une attitude trop ancrée dans la psyché humaine pour être ignorée), elle n’en est pas moins nocive pour le déploiement du RSE. Intégrer ces acteurs dans le projet, les transformer en promoteurs au lieu de détracteurs, est la clé. Et pour cela, le plus efficace reste de les impliquer dès la conception du projet – dès la phase de cadrage, en fait : si le RSE est aussi un peu leur œuvre, ils l’accepteront beaucoup mieux, voire en feront la promotion car ils voudront que leur travail soit reconnu.

Ne pas baisser les bras au bout de 6 mois

L’autre facteur essentiel de réussite d’un projet de RSE est le temps. Paradoxalement, pour quelque chose qui va à la vitesse du numérique, un réseau social va prendre plusieurs années à vraiment faire sa trace dans l’entreprise. La raison en est simple : l’intégration du RSE dans les pratiques quotidiennes demande que les salariés prennent eux-mêmes de nouvelles habitudes, ce qui va prendre selon les populations quelques semaines ou plusieurs mois. Les évolutions se produiront à l’échelle locale, et se répandront de façon virale une fois bien prises. Le bouche-à-oreille, notamment, joue un rôle important dans cette propagation. Pour favoriser au mieux ce processus, deux éléments sont crucial : la mise en place de « community leaders », qui joueront le rôle d’évangélisateurs, et une mise en avant régulière, par les moyens de communication classiques (newsletter, journal interne…), des réussites, des prises d’initiatives, et des micro-communautés qui se forment sur le RSE.

 

reussir son projet de reseau social d'entreprise tient a une bonne mise en place, detaille l'agence de communication Nostromo

Réussir son réseau social d’entreprise (1/2)

reussir son projet de reseau social d'entreprise tient a une bonne mise en place, detaille l'agence de communication Nostromo

 

Le chiffre est accablant : selon l’institut Gartner, près de 90% des projets de réseau social d’entreprise lancés par les entreprises du CAC 40 (et la grande majorité de celles-ci a tenté l’expérience) se soldent par des échecs. On peut donc comprendre une certaine désillusion de la part des entreprises, et ce alors qu’un RSE (acronyme que nous utiliserons dans cet article, mais à ne pas confondre avec la responsabilité sociale et économique des entreprises…) est un excellent catalyseur du changement.

Toute la question est de savoir si la faute en incombe à l’outil ou à la mise en place. Et, chez Nostromo, nous sommes d’avis que si l’outil peut être mal conçu (non-ergonomique, peu pratique, mal pensé…), cela reste relativement rare.

Bien choisir sa solution

Il est bien sûr nécessaire, avant toute chose, de sélectionner la solution de RSE la plus adaptée aux besoins de votre l’entreprise. Même si l’on peut penser que toutes les solutions se valent (ce qui est vrai pour autant que l’on ne s’intéresse qu’aux fonctionnalités de base d’un RSE), les éditeurs conservent malgré tout des spécialisations, avec une expertise plutôt centrée sur la collaboration (ex : Jalios, Knowings…) ou plutôt sur le social (ex : Yammer, Chatter, Jive…). Mais toutes ces solutions sont techniquement solides, elles ont fait leurs preuves, et elles remplissent leur rôle. Cela veut bien dire que le taux d’échec important des projets n’est pas dû au déploiement technique, mais bien au déploiement humain.

La mise en œuvre est donc, malheureusement, là où le bât blesse le plus souvent – mais pas de la façon que l’on imagine. En effet, les projets de réseau social d’entreprise, nous l’avons dit, sont des excellents catalyseurs – ce qui veut dire qu’ils facilitent le changement mais n’en sont pas nécessairement à l’origine. La collaboration ne se décrète pas : elle survient un environnement favorable instauré par l’équipe dirigeante et accompagné d’une conduite du changement auprès de chacun des salariés.

De fait, la transformation numérique générale en cours bouleverse les modèles actuels d’organisation et de management des entreprises, avec ou sans RSE. Celles-ci évoluent ainsi, à leur rythme, vers des organisations en réseau, avec pour objectifs de favoriser la transversalité, l’intelligence collective, l’agilité et l’innovation. Cela est déjà en cours, de façon plus ou moins partielle, dans les entreprises.

 

La suite la semaine prochaine !

La mise en place d'un reseau social d'entreprise repond a plusieurs enjeux important, que liste Nostromo agence de communication

Les enjeux d’un réseau social d’entreprise

La mise en place d'un reseau social d'entreprise repond a plusieurs enjeux important, que liste Nostromo agence de communication

 

Chez Nostromo, en tant qu’agence de communication, nous sommes particulièrement conscient que l’information, sa circulation et sa rétention ont toujours été associé à des notions de hiérarchie et de pouvoir dans les entreprises. La recherche d’information en interne (selon des études de Mk Kinsey) peut prendre jusqu’à 20% du temps de travail d’un collaborateur – et il ne faut pas oublier que ce n’est pas que son temps qu’il perd à cette tâche, mais aussi celui de toutes les personnes qui l’aide. Un réseau social d’entreprise change complètement le paradigme, puisque l’information est publiée et partagée de façon beaucoup plus fluide et, en un sens, unilatérale. Cela provoque des gains de réactivité, une meilleure agilité, et améliore ainsi les processus métiers et la productivité.

Développer une culture d’entreprise

Mais un RSE peut apporter plus encore qu’un meilleur partage de l’information (ce qui n’est déjà pas négligeable). Ses utilisateurs peuvent créer des liens qui contourne les silos organisationnels classiques, construisant ainsi des ponts entre les divers départements de l’entreprise.

Un tel rapprochement est une des conditions sine qua non de l’apparition et du développement d’une culture d’entreprise. Couplé à une plus grande transparence de l’information, il favorise la coopération et des attitudes et comportements responsables, qui avec le temps seront intégrées au tissu constitutif de l’entreprise.

Développer l’émulation

Les réseaux sociaux classiques ont prouvé depuis quelque temps leur capacité à faire éclore des talents variés et inattendus. Le même effet peut être provoqué par un RSE : l’audace et la prise d’initiative étant plus aisée, certains salariés qui autrement n’auraient pas été considérés peuvent se faire remarquer par leur activité.

De plus, la plupart des éditeurs proposent des solutions mélangeant des fonctions collaboratives et sociales qui favorisent l’intelligence collective, l’innovation et la co-création. Les premières couvrent naturellement des besoins de communication, d’échanges en temps réel, de stockage, de partage documentaire, de co-production de contenu, de gestion de la connaissance, de gestion de projet… Les secondes créent, quant à elles, une proximité des individus en cassant les silos organisationnels et facilitant la mise en relation de collaborateurs ayant des intérêts communs. L’alliance des deux est à la source d’une innovation participative permettant la naissance de « ruches à idées » au sein de votre entreprise.

les reseaux sociaux d'entreprise peuvent apporter beaucoup, explilque l'agence de communication Nostromo

10 bonnes raisons de créer un réseau social d’entreprise

Nous continuons cette semaine, chez Nostromo, agence de communication, d’explorer la thématique du réseau social d’entreprise, en nous attachant cette fois-ci à montrer les nombreux avantages que peut apporter une telle solution, notamment en terme de propagation et construction de la culture d’entreprise, du partage des connaissances, ou encore de la motivation des employés. Vous trouverez résumé ci-dessous, dans une infographie, 10 bonnes raisons de se doter d’un RSE – de quoi commencer une réflexion en profondeur sur le bien fondé d’un tel projet pour votre entreprise.

Bonne lecture !

 

les reseaux sociaux d'entreprise peuvent apporter beaucoup, explilque l'agence de communication Nostromo

Nostromo, agence de communication, vous presente cette semaine le reseau social professionnel Linkedin

Les rouages de Linkedin

Régulièrement, nous vous présentons, chez l’agence de communication Nostromo, des infographies qui vous permettent de connaître un peu mieux les réseaux sociaux, devenus essentiels à toute stratégie de communication. C’est aujourd’hui le tour de Linkedin, l’un des réseaux professionnels les plus populaires, qui mérite d’être bien exploité. En effet, son utilité va bien au-delà de sa vocation première de réseau. La communication ne s’adresse pas qu’au grand public et à l’interne : le “public professionnel”, si l’on peut l’appeler ainsi, est une cible qu’il ne faut pas négliger.

Bonne découverte !

Nostromo, agence de communication, vous presente cette semaine le reseau social professionnel LinkedinInfographie par infographiclabs.com
Le reseau social Pinterest presente des caracteristiques interessantes, explique l'agence de communication Nostromo

Pinterest, réseau social spécialisé

Quand on parle de réseau social dans un cadre professionnel, la plupart des gens pensent à Facebook, Twitter, Linkedin et Viadeo. Mais pour autant, les autres acteurs majeurs du secteur, comme Vine et Pinterest, ont leurs propres atouts. Nous nous sommes penchés, chez l’agence de communication Nostromo, sur le cas de Pinterest, qui présente quelques caractéristiques particulières qui en font un outil de marketing très intéressant – notamment parce qu’il permet de toucher des cibles très spécifiques. L’infographie ci-dessous, réalisée par overgraph et QOC, résume les avantages des épingles (Pinterest fonctionne comme un tableau de liège, où l’on accroche ce qui nous intéresse).

Bon surf !

Le reseau social Pinterest presente des caracteristiques interessantes, explique l'agence de communication Nostromo